Comment optimiser votre séance d’ostéopathie !

  • 19 avril 2021

Vous pensiez que votre ostéopathe faisait tout le boulot, que vous pouviez y laisser votre corps en « révision » comme chez le garagiste ? Pas tout à fait ! Si vous agissez de cette façon, non seulement vous perdez une bonne partie de l’efficacité du traitement ostéopathique, mais vous perdez la chance de mieux comprendre le fonctionnement interne de votre corps et de vous détendre en profondeur. Soyez acteur / actrice de la consultation, acteur / actrice de votre santé.

Cet article a pour but de vous préparer à votre séance d’ostéopathie, je vais tenter de vous apporter toutes les cartes pour bien agir avant, pendant et après cette séance et en optimiser ses bénéfices.

manipulation-sportif_vadimosteo

Avant votre séance, avoir la meilleure hygiène de vie possible :

La gueule de bois, la fatigue, les repas trop riches ou trop lourds sont incompatibles avec une séance d’ostéopathie le lendemain. Si votre corps n’est pas au maximum de ses capacités énergétiques, il sera beaucoup moins réceptif au traitement. Pensez à :

  • Bien dormir la veille

  • Bien vous hydrater (tout les jours pas seulement pour la séance)

  • Ne pas (trop) manger juste avant la séance (car nous pouvons être amenés à regarder votre système digestif). Essayer de manger au minimum une heure avant, sinon manger léger.

  • Aller aux toilettes : ceux qui ont déjà vécu une séance la vessie pleine comprendront, …

  • Eviter un état de stress : soyez chez vous en avance, prévoyez une occupation pour vos enfants et détendez-vous en attendant l’arrivé de votre ostéo à domicile.

  • Préparer vos examens médicaux / carnet de santé des enfants.

massage-sportif-preparation-sportive2_vadimosteopathe

Pendant la séance, détendez-vous, posez des questions, partagez votre ressenti :

Il nous est très important que nos patients se sentent en confiance, entre de bonnes mains, rassurés et qu’ils vivent leurs séances dans les meilleurs conditions possible. 

  • Se détendre : fermer les yeux, desserrer la mâchoire, portez votre attention sur votre respiration jusqu’à ce que vous vous sentiez calme et détendu.

  • Partager votre ressenti : portez maintenant votre attention sur les sensations ressenties lorsque votre thérapeute pose ses mains sur vous. Elles peuvent être de tout type, chaleur, léger vertige, tiraillement, pression, relâchement, libération, gêne, émotion soudaine, souvenir, … Ceci vous permet de participer activement à la séance et de mieux comprendre les mécanismes qui se jouent. Vous pouvez aussi attendre la fin de la séance pour lui faire part de votre vécu.

  • A tout moment pendant la séance, si vous ressentez un inconfort (position désagréable, sensation bizarre, froid, chaud, …) n’hésitez pas à interpeler votre ostéopathe.

  • Posez des questions : vous ne pouvez pas forcément tout comprendre et nous non plus vu que le corps est incroyable et ne finit jamais de nous surprendre. Votre thérapeute essayera néanmoins de vous faire comprendre ce qu’il a pu trouver par ses tests et le but du traitement. Si vous avez des questions posez les lui !

Après la séance, l’effet rebond !

De manière générale, à la fin de la consultation d’ostéopathie, les patients ressentent un soulagement, une libération, ou, bien encore une sensation de légèreté … mais il est possible que par la suite, ils ressentent des effets secondaires comme un ressaut de la douleur, des tensions musculaires (type courbatures), de la fatigue, … C’est ce que l’on appelle l’effet rebond qui correspond à l’effort fourni par votre corps pour retrouver son état de santé.

C’est normal (mais gênant je vous l’accorde), votre corps va devoir accueillir et s’adapter aux modifications effectuées avec votre ostéopathe. En libérant les tensions corporelles, l’ostéopathie redonne à votre corps la capacité de réajuster sa posture et sa proprioception (perception fine de son corps dans l’espace), afin de retrouver son état d’équilibre naturel, par lui-même (c’est le principe d’autoguérison). En quelque sorte, nous pouvons dire que l’ostéopathe cherche à libérer des zones clés pour permettre au corps de se libérer… autrement dit après le travail de l’ostéopathe, c’est au tour de votre corps de travailler !

Ceci peut prendre du temps selon les causes, les conséquences, la gravité et l’ancienneté des traumatismes que le corps a pu subir, ou encore l’âge du patient (un bébé s’adapte au traitement bien plus vite qu’un sénior) ainsi que son hygiène de vie (repos, étirement, consultation régulière, …). Si la douleur est toujours présente au bout de 3 ou 4 jours, contactez votre ostéopathe pour lui en faire part. Il sera le mieux à même de vous dire si cette douleur est normale ou non.

*** Chez 10% de la population il peut y avoir une sur-réaction au traitement par des migraines, vertige, diarrhée, blocage temporaire … La plus part du temps, rien de grave, il faut juste être patient, tout rentrera dans l’ordre rapidement. Si cela tend à durer, contactez votre ostéopathe.

Toujours dans ces 10% de fortes réactions, nous avons une infime partie de patients qui décompensent un problème latent. Là, le problème aurait fini par faire surface à un moment ou à un autre. Le traitement n’a fait qu’accélérer l’apparition de la pathologie déjà présente.

Pour aider son corps à tirer le meilleur de sa séance d’ostéopathie voici quelques conseils.

Quels conseils votre ostéopathe peut-il vous donner ?

Nous pouvons classer les conseils en 2 types. Tout d’abord, les conseils généraux, communs à tous et toutes, que les ostéopathes ne cessent de répéter. Puis, les conseils spécifiques, que le praticien adaptera pour vous selon votre motif de consultation, vos habitudes, votre mode de vie.

Les conseils généraux de l’ostéopathe :

– Je ne jouerai pas avec mon corps !

Combien d’entre nous ont la (mauvaise) manière de tester le résultat du traitement en tournant au maximum son cou pour un torticolis ou en faisant des ronds avec son pied pour une cheville douloureuse. Laissez votre corps tranquille ! Ce serait dommage de recréer un blocage en forçant sur une région encore fragile et « convalescente ».

– Le repos mais aussi le mouvement !

On entend souvent qu’après une séance il ne faut rien faire, et bien non !

Le repos : oui… mais l’immobilité : non !

La phase de « repos » de 48 à 72 heures, est indispensable, surtout en cas d’inflammation, car elle sera entretenue par les gestes forcés et contraints, mais le repos ne veut pas dire rester immobile dans un lit ou un canapé. Le repos signifie de ne pas demander des efforts « excessifs » ou « contraignants » à son corps. Nous adapterons les activités physiques et nous éviterons le ménage, les courses, ou encore un long trajet en voiture vite contraignant. Ceci permet au corps de se reposer et de pouvoir utiliser son énergie à l’auto-guérison suite au traitement ostéopathique.

Il ne faut pas oublier que chaque patient est différent, alors écouter-vous, écouter votre corps et suivez les conseils de votre praticien !
➾ Si vous n’avez pas fait de sport depuis 10 ans, je ne vous encouragerais pas à courir 10 km au lendemain d’une séance.
➾ Mais si vous avez l’habitude de courir régulièrement, que vous ressentez un regain d’énergie à dépenser et l’envie de courir, je ne m’opposerais pas à une course, adapter votre parcours et ne forcer pas, avant quelques jours.

– Hydratez-vous régulièrement !

Un autre conseil commun aux séances quelque soit le motif de consultation concerne l’hydratation. En effet, il est important pour tous les tissus du corps que chacun boive suffisamment d’eau au cours de la journée, après tout le corps humain est composé à 60% d’eau.

Je ne vous conseille pas de boire plus que la normale après une séance d’ostéopathie mais je vous rappelle qu’il est important de s’hydrater régulièrement, tous les jours de l’année et pas seulement après votre visite chez l’ostéopathe, l’idéal étant de boire a minima 1,5L d’eau, voire un peu plus si possible.

Hydratez-vous ! Afin de libérer les toxines qui s’étaient accumulées dans les zones de tension, et permet une meilleure récupération à vos articulations, vos muscles, vos ligaments et même votre structure osseuse. L’hydratation en elle-même peut vous éviter bien des douleurs, c’est encore plus vrai après une séance avec votre ostéopathe

– A me redresser, je penserai !

Vous venez d’effectuer une consultation, pendant quelques jours, surtout s’il persiste des tensions, pensez à :

  • Fléchir les genoux pour se baisser et ramasser quelques choses de plus ou moins lourd.
  • S’assoir les fesses en premier sur le siège de la voiture, puis faire pivoter les jambes à l’intérieur du véhicule.
  • Bien s’assoir contre le siège sans s’avachir en voiture, mais aussi sur une chaise, dans un fauteuil, …
  • Avoir un poste de travail, un bureau  bien adapté : écran à hauteur des yeux, avant-bras posés sur le bureau, épaules relâchées, dos droit, pieds posés au sol ou sur un repose pieds.
  • Les conseils de postures et d’ergonomies sont importants, surtout lors de positions prolongées, comme au travail, mais le plus important reste d’éviter l’immobilité !

– A mon alimentation, je veillerai !

Ne faites pas de repas trop lourd, ne buvez pas d’alcool, modérez votre consommation d’excitants (thé, café) et de cigarettes, au moins le premier jour, dans l’idéal les trois jours qui suivent la séance. Vous évitez ainsi à votre corps d’avoir à gérer trop de travail de digestion et d’élimination de toxines, laissant tout le champ possible à la recherche de son nouvel état d’équilibre.

Les conseils spécifiques de l’ostéopathe !

– Le froid ou le chaud ?

Bien souvent, les patients ne savent pas quand appliquer du froid ou du chaud en cas de douleur.

  • Le chaud : il va permettre le relâchement et la détente musculaire. Pour cela, vous pouvez appliquer des baumes ou patch chauffants, utiliser des bouillottes ou encore une douche chaude. 
  • Le froid : Si vous avez un oedème, il est fortement déconseiller d’appliquer du chaud, mais à l’inverse du froid ! Pour cela, vous pouvez utiliser une poche de froid qui se conserve au congélateur, un sac de petits pois congelé, ou encore des glaçons dans un torchon humide. 

– Des mobilisations et étirements !

Votre praticien peut si nécéssaire vous montrer des mobilisations et des étirements à réaliser afin de prévenir ou de soulager certaines douleurs.

Ces étirements doivent être faits au moins 2 à 3 fois par semaine voire quotidiennement pour améliorer votre souplesse. Lors d’un étirement, on doit sentir l’étirement précis du muscle visé mais ceci ne doit surtout pas être douloureux.

Des suggestions d’activité physique spécifique :

Un conseil commun à la plupart des sports, il est important d’avoir de bonnes chaussures adaptées au sport pratiqué et à votre pied ! Il est également important de s’échauffer petit à petit avant de commencer la pratique de n’importe quel sport. 

  • La natation et l’aquagym : permettent de travailler l’ensemble du corps avec une diminution de la gravité dans l’eau entraînant ainsi une diminution des impacts sur les articulations et une sensation de poids plus léger permettant de bouger plus facilement et de limiter les douleurs.
  • Le pilate et le yoga : permettent de travailler la souplesse et les muscles profonds pour un meilleur maintient postural.
  • La marche nordique : permet de travailler aussi bien le bas que le haut du corps tout en étant en extérieur et en minimisant le risque de blessures en comparaison à d’autre sports plus traumatiques par les impacts.

– Les massages : 

  • L’arnica sous forme homéopathique ou d’huile peut être utilisé pour les douleurs musculaires ou suite à un choc, un traumatisme et en fait mon huile de prédilection pour les fins de consultation. Son action est donc intéressante suite à un traitement ostéopathique pour contrer l’effet rebond qui peut-être algique et engendrer des courbatures musculaires. 
  • Les huiles essentielles sont une bonne alternative pour agir sur la douleur avec notamment la Gaulthérie qui aura une action anti-inflammatoire (cf article précaution huile essentielle). Attention les huiles essentielles doivent être diluées, si vous les utilisez pour la première fois, demandez conseil à un professionnel !

–  Un traitement pluridisciplinaire !

Dans certains cas, votre ostéopathe sera amené à vous orienter vers un confrère pour une prise en charge pluridisciplinaire pour améliorer votre rétablissement. Parfois, il peut être intéressant d’associer le traitement ostéopathique à un traitement de kinésithérapie ou un traitement médicamenteux. Pour cela, il vous faudra une ordonnance de votre médecin traitement pour adapter le traitement médical à votre pathologie et à vos antécédents médicaux. 

– Derniers conseils, et pas le plus simple à mettre en place.

Si vous avez consulté un ostéopathe, c’est très probablement pour une douleur, ou une gêne ressentie.

Dans certains cas ce trouble pourra être du à une « mauvaise » habitude : une mauvaise position face à votre ordinateur un mauvais appui lorsque vous marchez, etc.

Une fois identifiés avec votre ostéopathe, ces facteurs doivent être évités au maximum.

Pourquoi ce n’est pas si simple ?

Parce que ce sont des gestes habituels, vous avez l’habitude de dormir comme ça, de vous tenir de cette manière, etc, Modifier ces habitudes ne se fera pas du jour au lendemain. Mais dans les situations que vous pouvez contrôler facilement, forcez vous à cet effort. Par exemple, si votre ostéopathe a identifié que votre position à votre bureau n’était pas la bonne, mettez ces conseils en application dès le lendemain, tant que vos les avez bien en tête.

Devez-vous revoir votre ostéopathe pour un suivi ? Ou quand le revoir ?

Si votre ostéopathe vous a demandé de revenir faire une ou plusieurs séances, pensez-y, même (et surtout !) si vous constatez une amélioration des symptômes. En n’allant pas au bout du travail ostéopathique, vous risquez de voir réapparaître vos douleurs ou des inconforts.

Si l’amélioration n’a été que passagère ou incomplète, c’est le bon moment pour reprendre rendez-vous car cela montre que votre corps n’est pas encore bien stabilisé / équilibré.

Votre ostéo fais tout son possible pour que l’essentiel de vos maux soit traité en une séance mais parfois deux ou trois séances seront nécessaire.  

Info pratique :

Trop de soins est plus mauvais que pas assez de soins ! Ainsi un laps de temps de doit être respecté entre deux séances ostéopathiques afin que votre corps ait l’énergie nécessaire pour se réguler. Bien entendu, ce laps de temps peut être ajusté selon chaque patient : de la douleur « banale » à la douleur « aiguë ». N’oublions pas que, plus un trouble est ancien, plus il mettra du temps à disparaitre. Lorsque vous commencez à ressentir une douleur, il vaut mieux consulter un ostéopathe assez rapidement avant que celle-ci ne s’installe. Les résultats n’en seront que plus rapides !

Voila vous savez tout de la consultation idéale, mais dans la réalité on ne choisit pas toujours les circonstances, le plus important est d’avoir le sourire, profitez de votre séance et reposez-vous.

Ainsi un suivi en ostéopathie vous aide ponctuellement dans la prise en charge d’une demande spécifique, mais vous accompagne également dans votre démarche active de mieux être et de recherche d’un bon état de santé durable.

Vadim Ostéo

#Vadim #VadimOsteopathe #Osteopathe #Osteopatheadomicile #LeCabinetMobile #Domicile #Entreprise #Famille #Nourrisson #Enfant #Adolescent #Adulte #FemmeEnceinte #Sportif #Senior #MaisonSenior #MaisondeRetraite #EHPAD #Bretagne #Morbihan #GolfeduMorbihan #Arradon #Auray #Baden #Bono #Brech #Carnac #Crach #LaTriniteSurMer #LarmorBaden #Locmariaquer #Plescop #Ploemel #Ploeren #Plougoumelen #Plouharnel #Pluneret #SaintAnneDAuray #SaintAve #SaintPhilibert #Vannes #Oohçaafaitcrac #Crac #Ploc #Pock #Cavitation #Doigts #Phalanges #Articulations #Manipulations #PasDArthroseNiDArthrite #Mouvement #Amplitude

Partagez cet article !

Prendre rendez-vous