Différence entre la Kinésithérapie et l’Ostéopathie ?

  • 19 mars 2021

Kinésithérapeute ou ostéopathe ? Qui fait quoi ? Le kinésithérapeute pour les muscles, et l’ostéopathe pour les os ? Et bien non ! Si en apparence ces deux métiers se ressemblent beaucoup, il existe en réalité beaucoup de différences. On vous explique tout pour ne plus jamais douter.

Déjà ce qu’il est important de souligner c’est que ce sont deux pratiques complémentaires. Elles ont des points commun qui suscite parfois l’amalgame, pourtant la distinction entre leurs pratiques et leurs théories est fondamental, elles sont différentes mais complémentaires, chacun ayant ses spécificités et ses indications. On s’intéressera uniquement aux masseurs-kinésithérapeutes exclusif et aux ostéopathes exclusifs, nous ne rentrerons pas dans le débat des kiné-ostéopathes à qui nous pourrions dédié un article a part.

La médecine manuelle accompagne les êtres humains depuis des millénaires. Des écrits datant de plus de 3 000 ans av. J.-C. témoignent de la présence des techniques manuelles dans l’art de soigner. La kinésithérapie et l’ostéopathie trouvent des racines communes dans les techniques collectionnées depuis des millénaires. Les deux disciplines ont cependant une existence récente et ont connu une accélération de leur développement au XIXe siècle et surtout au XXe siècle.

La profession de masseur-kinésithérapeute :

  1. La reconnaissance :

La première école de kinésithérapie est née en 1889 : il s’agit de l’école française d’Orthopédie et de Massage (EFOM) qui existe toujours. La profession de masseur-kinésithérapeute est quant à elle officiellement née le 30 Avril 1946 par la réunion des professions de masseurs médicaux et de gymnastes médicaux, pour répondre à la demande importante de soin après la guerre.

  1. La formation :

La formation de kinésithérapeute se passe en 5 ans après le BAC (découpées en une année en université qui sert d’année de sélection avec un numerus clausus, et quatre années d’apprentissage de la formation de kinésithérapeute) il possède donc un diplôme niveau BAC + 5 (niveau 1 au RNCP).

  • Attention : un kinésithérapeute n’est pas habilité à pratiquer de l’ostéopathie sans la formation adéquate, l’inverse est également vrai (même si les dernières lois tendent à donner aux ostéopathes le droit d’exerces les mêmes gestes que les kinésithérapeute). 
  • Un kinésithérapeute peut obtenir le diplôme après 1892 heures de formation (au lieu des plus de 5000 heures pour un ostéopathe exclusif en formation complète), la formation se déroule généralement sous la forme de séminaires de 4-5 jours par mois, repartis sur 5 ans
  1. La prescription :

Pour effectuer un acte thérapeutique, les séances avec le masseur-kinésithérapeute doivent être prescrites par le médecin qui aura établi le diagnostic au préalable. Vous pouvez aussi aller chez le kinésithérapeute sans prescription, pour un massage de détente ou un traitement contre la cellulite par exemple, mais dans ce cas, il’y’a aucun remboursement possible.

  1. Les concepts et la pratique :

Le masseur-kinésithérapeute est le thérapeute spécialisé dans la rééducation, il agit suivant un protocole de rééducation spécifique à un diagnostique posé par le médecin, l’approche est focalisé sur une zone anatomique. La rééducation suggère elle, une régularité des séances jusqu’à l’indépendance du patient, en moyenne 10 à 15 séances de 30 minutes seront nécessaire. Ils peuvent travailler aussi bien avec leurs mains (massage, ponçage, mobilisation active et passive, étirement …) qu’avec des instruments (électrodes, appareils de musculations ou de rééducations, ondes de choc, …).

Il s’intéresse à trois grand système du corps :

  • Les pathologies du système nerveux : en neurologie il y a un nombre incalculable de pathologie qui vont avoir des conséquences physiques, Parkinson, toutes les conséquences des AVC (hémiplégie, hémiparésie, …), sclérose en plaque, …
  • Les pathologies du système cardio-respiratoire et vasculaire : on parle donc de réhabilitation cardiaque, de réhabilitation respiratoire, on parle de ré-entraînement à l’effort, de réathlétisation et sa touche aussi tout ce qui est drainage, le drainage bronchique, quand on est encombré c’est ce qu’on appel la kiné-respiratoire et tout ce qui est drainage lymphatique.
  • Les pathologies du système musculo-squelettique : trouble musculo-squelettique, rééducation après une fracture, … on retiendra la nécessité d’une rééducation, d’une régularité dans le traitement suite à la lésion d’une structure anatomique ayant conduit à un diagnostique médicale.

La profession d’ostéopathe :

  1. La reconnaissance :

L’ostéopathie est née en 1874 sous l’impulsion d’un jeune médecin américain Andrew Taylor Still qui dictera cette année là les principes de l’ostéopathie et fonda la première école en 1892 à Kiskville. En France le titre d’ostéopathe est reconnu depuis la loi du 4 mars 2002.

  1. La formation :

La formation d’ostéopathe se fait dans des écoles spécialisées en 5 ou 6 ans après le BAC suite à un concours interne à l’école portant sur le programme de terminale avec spécialités. Il possède un diplôme niveau BAC+5 (niveau 1 au RNCP)

  1. La prescription :

L’ostéopathe est un thérapeute dit de « première intention », c’est à dire que le patient peut se rendre directement chez l’ostéopathe sans ordonnance, le praticien sera alors en mesure d’établir un diagnostique ostéopathique et de proposer un traitement au patient ou de l’orienter vers un autre professionnel de santé si nécéssaire.

  1. Les concepts et la pratique :

L’ostéopathie est une méthode de soins qui s’emploie à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l’ensemble des structures composant le corps humain. Le travail de l’ostéopathe est donc plus global, son but est d’harmoniser le corps dans son ensemble. Pour cela, il va utiliser différentes techniques uniquement manuelles : crâniennes, viscérales, myo-fasciale ou encore structurelle. L’ostéopathe choisit la technique la mieux adaptée et la plus confortable pour chaque patient, en fonction de son âge, de sa morphologie et de ses antécédents. Il peut donc traiter le nourrisson, l’enfant, l’adulte comme la personne âgée, ainsi que la femme enceinte et accompagner le sportif professionnel et amateur.

Le but est de trouver la cause du problème, donc de remonter à l’origine de la pathologie afin de soulager et guérir, pour redonner de la mobilité, libérer les tensions musculaires, faciales, crâniennes et/ou viscérales et donner un « coup de pouce » au corps afin de mettre en place les mécanismes d’auto-guérison et ainsi de se rééquilibrer (l’homéostasie). Le plus souvent une seule séance de 45 minutes à 1 heure est suffisante pour traiter un motif de consultation, un suivi ostéopathique régulier (2 à 3 séances par an) est par contre intéressant car l’ostéopathie est avant tout une thérapie préventive.

L’ostéopathie est donc une thérapie qui prend le corps dans sa globalité, et qui va proposé des solutions pour des troubles fonctionnels comme la constipation les RGO ou également pour traités des douleurs de l’appareil locomoteur, ça peut être des douleurs d’épaule, de genoux, etc

  • le système orthopédique et locomoteur : entorses, tendinites, lombalgies, dorsalgies, cervicalgies, douleurs articulaires (épaule, genou…), pubalgies, douleurs au coccyx, douleurs maxillaires ;
  • le système neurologique : névralgies cervico-brachiales, intercostales, faciales, d’Arnold, cruralgies, sciatiques, etc. ;
  • le système cardio-vasculaire : troubles circulatoires des membres inférieurs, congestion veineuse, hémorroïdes, palpitations, oppressions ;
  • le système digestif : ballonnements, hernie hiatale, flatulences, troubles hépatobiliaires, colites, constipation, ptôse d’organes, digestion difficile, gastrites, acidité gastrique, etc. ;
  • les système O.R.L. et pulmonaire : rhinites, sinusites, vertiges, bourdonnements, céphalées, migraines, bronchites, asthme, bronchiolites, etc. ;
  • le système neuro-végétatif : états dépressifs, hyper nervosité, anxiété, stress, troubles du sommeil, spasmophilie… ;
  • les séquelles de traumatismes : chutes, accidents de voiture… ;
  • les femmes enceintes : préparation à l’accouchement, relâchement du dos/du bassin, etc. ;
  • les bébés : possédant des plagiocéphalies (crâne plat), des coliques, des reflux…

L’ostéopathie est une thérapie complète, qui contrairement aux idées reçues ne s’arrête pas au traitement des douleurs articulaires. Mais l’ostéopathie à tout de même ses limites et ne peut pas tout soigner, comme les pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agent physique. Faute de pouvoir soigner certaines pathologies, consulter un ostéopathe pour ces dernières peut permettre d’améliorer la qualité de vie du patient.

Cette liste n’est pas exhaustive, si vous souhaitez avoir plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter par SMS au 06 12 34 54 37

Conclusion – Kinésithérapie et ostéopathie deux disciplines complémentaires :

Au final, les deux professions ont un champ d’exercices communs correspondant aux troubles fonctionnels mais elles ont une approche différente, travaillent avec des outils différents et sont souvent complémentaires pour optimiser les résultats.

  • Si on prend le bilan de l’INSERM qui étudie l’efficacité de l’ostéopathie, il semblerait que sur le traitement des douleurs, que ce soit : lombalgie, cervicale, dorsalgie. L’ostéopathie serait un moyen plus rapide d’arrivé à l’antalgie.
  • L’OMS, recommande de diversifié les prises en charge d’autant plus que la pathologie est chronique. Ostéopathie, kinésithérapie mais aussi acuponcteur, psychologue, car certaine fois oui nous avons des choses encré dans notre tête qui peuvent accentué nos douleurs en modifiant notre comportement.
  • Les affections mécaniques aiguës (moins de 3 mois) : torticolis, tendinite, lumbago, sciatique, … sont traitées avec une meilleure efficacité clinique par des actes d’ostéopathie.
  • En ce qui concerne les douleurs chroniques (plus de 3 mois), l’ostéopathe sera adapté au soins de première intention afin de soulager rapidement la douleur. En seconde intention il faudra souvent réapprendre à faire les mouvements, cela nécessite un traitement répété et au long cours, pour limiter l’enraidissement et retrouver la force musculaire. Dans ces cas l’action ponctuelle de l’ostéopathe seul peut s’avérer insuffisante et une collaboration avec le kinésithérapeute amène d’excellent résultats.

La kinésithérapie et l’ostéopathie sont deux thérapies si proches mais si différentes à la fois qu’il est facile de s’y méprendre et de ne plus savoir quel chemin emprunter. L’essentiel est de retenir qu’elles sont toutes les deux complémentaires lorsqu’elles sont associées à bon escient ! Alors que l’ostéopathe pourra corriger les restrictions de mobilités et permettre un retour rapide à l’antalgie, le kinésithérapeute vous apportera la rééducation nécessaire. Il vous proposera certains exercices afin de renforcer le complexe articulaire, des mobilisations, des étirements, de la musculation et ainsi prévenir la réapparition des troubles.

Si vous êtes toujours indécis sur le professionnel à choisir, n’hésitez par à demander conseil à votre thérapeute, lui saura vous orienter vers le traitement le plus adapté. 

Je vous attend en commentaire pour échanger votre vision de la différence entre ces deux thérapies. 

Si vous appréciez mon travail, liker et partager, c’est la meilleure façon de m’encourager. 

Vadim Ostéo

#Vadim #VadimOsteopathe #Osteopathe #Osteopatheadomicile #LeCabinetMobile #Domicile #Entreprise #Famille #Nourrisson #Enfant #Adolescent #Adulte #FemmeEnceinte #Sportif #Senior #MaisonSenior #MaisondeRetraite #EHPAD #Bretagne #Morbihan #GolfeduMorbihan #Arradon #Auray #Baden #Bono #Brech #Carnac #Crach #LaTriniteSurMer #LarmorBaden #Locmariaquer #Plescop #Ploemel #Ploeren #Plougoumelen #Plouharnel #Pluneret #SaintAnneDAuray #SaintAve #SaintPhilibert #Vannes #Oohçaafaitcrac #Crac #Ploc #Pock #Cavitation #Doigts #Phalanges #Articulations #Manipulations #PasDArthroseNiDArthrite #Mouvement #Amplitude

Partagez cet article !

Besoin d’une consultation ?

Prendre rendez-vous