Le père de l’ostéopathie
Andrew Taylor Still

  • 17 février 2021

Revenons un peu en arrière

Depuis la nuit des temps l’utilisation des manipulations a toujours fait partie intégrante de l’art de guérir. La description des manipulations apparaît dans les vestiges des civilisations égyptienne pharaonique, chinoise, grecque, romaine, indienne … 

  • Des papyrus de l’époque pharaonique décrivent les prémices de la médecine manuelle. Les rebouteux égyptiens utilisaient les manipulations sur les blessures externes de façon très rationnelle. 
  • On retrouve en Asie de nombreux témoignages écrits et des dessins qui dépeignent les manipulations comme un moyen de soigner les affections de caractère mécanique à condition d’avoir écarté toute contre-indication grâce à une démarche diagnostique poussée (le thérapeute étant souvent médecin). 
  • En 460 avant J.C, Hippocrate rédige le « traité des articulations », il y décrit la dysfonction articulaire qu’il nomme « apopepedecos » (décrochement, déboitement). Ce médecin grec de l’antiquité développe à cette époque des techniques très proches de celles utilisées actuellement (empaument, blocage, pression). 
  • Galien, autre médecin célèbre était le soigneur des gladiateurs à l’époque des jeux romains. Il utilisait déjà des techniques de libérations de la charnière cervico-thoracique afin de soigner les névralgies cervico-brachiales. 
  • Le monde arabe connaît les techniques manipulatives au XIe siècle comme nous l’apprennent les écrits d’Avicenne. Son œuvre « le canon » , décrit des techniques par traction et par appui directe. 

Un peu plus tard en Europe, on retrouve des techniques empruntées aux Celtes.

Après la séparation de la médecine et de la religion dans notre pays, la médecine manuelle se trouve exercée par des barbiers (équivalent actuel des rebouteux), décriés par les docteurs en médecine (diplômés de l’université) et les maîtres chirurgiens. 

Ambroise Paré, ancêtre de la chirurgie moderne au XVIème siècle était d’ailleurs barbier avant de devenir docteur chirurgien et il continua pendant toute sa carrière à exercer la médecine manuelle. 

Mais c’est seulement au XIXème siècle que les médecins français vont réellement s’intéresser aux manipulations. 

La « guerre » est ouverte entre les rebouteux et les médecins. Comme en témoigne l’histoire de Pierre Brioud, dont la statue trône toujours sur les plateaux d’Aubrac. Ce célèbre rebouteux connut des démêlés avec la médecine officielle pour avoir pratiqué des manipulations sans être médecin.

Le père de l’ostéopathie
Andrew Taylor Still !

Andrew Taylor Still naît le 6 Août 1828 en Virginie, aux Etats-Unis. Fils d’Abraham Still, médecin et pasteur méthodiste, et de Martha Moore, Andrew fréquente peu l’école mais apprend beaucoup auprès de son père et de la nature. Très jeune, il a déjà de sérieuses notions d’anatomie grâce à la chasse qu’il pratique régulièrement.

En 1884, il commence à Kansas City des études de médecine et de chirurgie qu’il ne termine pas. De part ses engagements philosophiques et humanistes il prit parti pour le camp Nordiste (anti-esclavagiste) dans le conflit entre Sudistes et Nordistes, il fut médecin chirurgien pendant la guerre de Sécession.
Cette expérience lui fit prendre conscience des insuffisances de la médecine de l’époque et surtout de la chirurgie, absence d’asepsie les soldats mouraient plus d’infection ou de gangrène post chirurgicale que de leurs  blessures ! La mallette d’un chirurgien de l’armée comportait : de la quinine du calomnel, du whisky, de l’opium,  des serviettes et un bistouri !

À son retour de la guerre, il découvre avec stupeur que dans les régions où les médecins sont moins nombreux, les enfants meurent moins !

Fin novembre 1860 Still se remaria avec Mary Elvira Turner, ils eurent 7 enfants :
En 1864 une épidémie de méningite cérébrospinale lui fit perdre 3 de ses enfants (Abraham, Susan et Marcia) ni les prêtres ni les médecins ne purent sauver ses enfants.
Il pensa abandonner la médecine, il s’interroge davantage encore sur l’essence de la maladie, sur l’incapacité des médecins de sauver des vies ; Il se demande si avec la maladie Dieu a abandonné l’homme dans un monde d’incertitude.

Cette nouvelle épreuve le pousse à chercher une autre façon de guérir la maladie.

Croyant il pensait que Dieu ne pouvait laisser les hommes démunis  devant la maladie mais qu’il avait laissé le moyen de se guérir. (Dieu étant parfait il façonna l’homme à son image) notion d’auto-guérison. Il passera les dix années suivantes à la recherche d’une autre voie.
Il développa à l’extrême sa capacité de palpation s’appuyant sur une connaissance hors du commun de l’anatomie.
Il s’installa à Macon dans le Missouri et il y pratiqua la médecine. En 1874, alors qu’une épidémie de diphtérie sévissait, il réussit à soigner un enfant de 4 ans rien qu’en ré-harmonisant la chaleur du corps entre le dos et l’abdomen. À l’époque la diphtérie  était une maladie mortelle, et très vite les parents amenèrent leurs enfants. Il en sauva 17 ! Ce fut sans doute un tournant dans sa vie.

« Ma science ou ma découverte naquit au Kansas à l’issue de multiples essais, réalisés à la frontière, alors que je combattais les idées pro-esclavagistes, les serpents et les blaireaux puis, plus tard tout au long de la guerre de Sécession et jusqu’au 22 juin 1874. Comme l’éclat d’un soleil, une vérité frappa mon esprit : par l’étude, la recherche et l’observation, j’approchais graduellement une science qui serait un grand bienfait pour le monde. »

.

.

 Le 22 Juin 1874 à 10h30 ce jour là, 

il eut une vision et

«  lançait dans la vent la bannière de l’Ostéopathie » !

Le mot Ostéopathie ne sera « inventé » qu’en 1885 par A.T. Still aux Etats-unis.

Bien que l’étymologie réelle de ce mot reste incertaine, certains prenant l’étymologie grecs « osteos » et « pathos » pour la « pathologie des os ».

Je retiendrais l’interprétation de P. Guerin qui en adjoignant le terme « osteo » pour os et « path » pour chemin en anglais se rapproche le plus de la pensée transmise par A.T. Still, que l’ostéopathie est une approche globale holistique de l’individu, qui bien loin de se limiter à son appareil musculo squelettique, prend en charge tous les systèmes qui le composent dans un souci de rétablir l’équilibre et l’harmonie de l’individu dans son ensemble. 

La dénomination choisie par Still serait donc plutôt « le chemin de l’os » « l’expérience de l’os » « l’épreuve de l’os » comme l’outil et la porte d’entrée du corps. Le squelette étant l’élément sur lequel s’insère tout le reste !

Avec 206 os présents dans le corps, cela en fait des informations … qu’en penses-tu ?

Les dates importantes de l’ostéopathie

  • Andrew Taylor Still (1828 – 1917)
    • Fondateur de l’ostéopathie
    • Fondation de l’ASO et du premier collège ostéopathique le 10 mai 1892
  • John Martin Littlejohn (1865 – 1947)
    • J.M. Littlejohn marque l’introduction de l’ostéopathie en Grande-Bretagne en fondant à Londres le 7 Mars 1917 la British School of Osteopathy.
  • William Garner Sutherland (1873 – 1954)
    • Il nous laisse le concept cranio-sacré, les techniques fonctionnelles, la compréhension du V-spread. La clé de voute de ma formation au Collège Ostéopathique Sutherland.
  • Stanley Gilbert John Wernham (1907 – 2007)
    • C’est J. Wernham avec la Biomécanique, basée sur le principe de l’anatomie et la physiologie indissociable l’une de l’autre, qui va faire le lien manquant entre A.T. Still et J.M. Littlejohn, longtemps déchiré.
      • Pour A.T. Still, le mécanicien anatomiste : « La structure gouverne la fonction » L’ANATOMIE
      • Pour J.M. Littlejohn, le physiologiste : « La fonction gouverne la structure » LA PHYSIOLOGIE
      • Pour J. Wernham, le bio-mécanicien : « La structure gouverne la fonction, et vice versa » LA BIOMÉCANIQUE
    • Se basant sur les fondements de Littlejohn, il met au point le TOG – Traitement Ostéopathique Général ou Body Adjustment.
    • A 92 ans, il dit de l’ostéopathie : « C’est la plus puissante des thérapies que l’homme est connues. Le milieu médical sait cela, et c’est pour cette raison qu’ils sont inquiets et évitent d’encourager cette nouvelle et étrange philosophie ».
    • A 94 ans John Wernham enseignait toujours et exerçait encore dans son cabinet.
  • Paul Geny (1912 – 1987)
    • En 1950, Paul Gény, formé à l’ostéopathie à la British School of Osteopathy, ouvre l’École Française d’Ostéopathie à Paris.
    • Ayant à subir les foudres du Conseil de l’Ordre des Médecins (5 procès pour exercice illégal de la médecine) il décide de transférer son école en Angleterre où elle devient la branche française de l’ESO plus connu sous le nom de Maidstone
  • La véritable explosion de l’ostéopathie se situe dans les années 70 :
    • C’est en effet à cette période que s’ouvrent les premiers grands collèges avec notamment l’ancêtre du Collège Ostéopathique Sutherland : l’Institut William Gardner Sutherland (IWGS), l’Andrew Taylor Still  Academy (ATSA) ou encore l’Association des Thérapies  Anciennes et Modernes (ATMAN).
  • Durant les trente années suivantes de nombreux centres de formations voient le jour, la profession se structure avec la naissance de plusieurs syndicats professionnels dont les plus représentatifs à ce jour sont :
    • Le ROF
    • L’UFOF
    • Le SFDO

    La loi du 4 mars 2002 reconnaît enfin la profession, cinq ans seront nécessaires pour voir la publication des décrets tant attendus.

    Le 27 mars 2007, 174 après la naissance de A.T. Still un décret reconnaissant la profession est enfin publié au Journal Officiel ! 

Si la loi du 4 mars 2020, article 75 consacre l’ostéopathie, ce n’est qu’en 2014 que le métier d’ostéopathe sera défini et encadré par différents textes législatifs. Voici la définition extraite du référentiel d’activités et de compétences élaboré en 2014 :

« L’ostéopathe, dans une approche systémique, après diagnostic ostéopathique, effectue des mobilisations et des manipulations pour la prise en charge des dysfonctions ostéopathiques du corps humain. Ces manipulations et mobilisations ont pour but de prévenir ou de remédier aux dysfonctions en vue de maintenir ou d’améliorer l’état de santé des personnes, à l’exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agent physique.« 

  • Depuis l’ostéopathie française n’a cessé de se développer, le nombre de praticiens en exercice passant de 4000 en 2002 à plus de 29.612 praticiens en 2017 et près de 40.000 en 2021.

L’ostéopathie est reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) depuis l’an 2000, qui nous fournit une définition bien plus exhaustive depuis 2010 :

 » L’ostéopathie (également dénommée médecine ostéopathique) repose sur l’utilisation du contact manuel pour le diagnostic et le traitement. Elle prend en compte les relations entre le corps, l’esprit, la raison, la santé et la maladie. Elle place l’accent sur l’intégrité structurelle et fonctionnelle du corps et la tendance intrinsèque de l’organisme à s’auto-guérir. Les ostéopathes utilisent une grande variété de techniques thérapeutiques manuelles pour améliorer les fonctions physiologiques et/ou soutenir l’homéostasie altérée par des dysfonctions somatiques (les structures du corps), c’est-à-dire une altération ou une dégradation de la fonction des composantes concernées du système somatique : les structures squelettiques, articulaires, et myofasciales, ainsi que les éléments vasculaires, lymphatiques et neurologiques corrélés. Les ostéopathes utilisent leur connaissance des relations entre la structure et la fonction pour optimiser les capacités du corps à s’auto-réguler et à s’auto-guérir. Cette approche holistique de la prise en charge du patient est fondée sur le concept que l’être humain constitue une unité fonctionnelle dynamique, dans laquelle toutes les parties sont reliées entre elles. « 

Pour conclure je vous propose une citation de A.T. Still :

« La maladie dans un corps anormal est aussi naturelle qu’est la santé lorsque toutes les parties sont en place. »

Je vous attends sur Facebook et Instagram pour échanger sur l’ostéopathie et la santé en général.

Si vous appréciez mon travail, liker et partager, c’est la meilleure façon de m’encourager. 

Ostéopathiquement
Vadim

Vadim Ostéo

#Vadim #VadimOsteopathe #Osteopathe #Osteopatheadomicile #LeCabinetMobile #Domicile #Entreprise #Famille #Nourrisson #Enfant #Adolescent #Adulte #FemmeEnceinte #Sportif #Senior #MaisonSenior #MaisondeRetraite #EHPAD #Bretagne #Morbihan #GolfeduMorbihan #Arradon #Auray #Baden #Bono #Brech #Carnac #Crach #LaTriniteSurMer #LarmorBaden #Locmariaquer #Plescop #Ploemel #Ploeren #Plougoumelen #Plouharnel #Pluneret #SaintAnneDAuray #SaintAve #SaintPhilibert #Vannes #Oohçaafaitcrac #Crac #Ploc #Pock #Cavitation #Doigts #Phalanges #Articulations #Manipulations #PasDArthroseNiDArthrite #Mouvement #Amplitude

Partagez cet article !

Besoin d’une consultation ?

Prendre rendez-vous